(anthropologie/archéologie économique… en Europe)

La surveillance des politiques budgétaires
26 juillet, 2017,
Classé dans : Eco

En fév 1999, la Commission a publié les premiers rapports de surveillance budgétaire. Ils avaient 3 pages en général par Etat:

http://ec.europa.eu/economy_finance/economic_governance/sgp/convergence/programmes/index_en.htm

En 2010, plus de 30 pages. Aujourd’hui, ils dépassent les 10 pages. Pourtant, les règles budgétaires des traités sont restées les mêmes..



Le chômage structurel
2 juillet, 2017,
Classé dans : Eco

Encore un concept difficilement mesurable. Dans l’UE on utilise NAWRU, mais ce n’est pas exactement la même chose. NAWRU détermine la taille de l’écart de production mesuré par la Commission, un autre concept non-observable.

NAWRU (le chômage correspondant à une inflation salariale constante par rapport à une tendance historique) n’est en fait qu’un calcul statistique du chômage lissé sur le cycle économique, comme le dit Malinvaud.

https://books.google.lu/books?id=eF2IDAAAQBAJ&pg=PA113&lpg=PA113&dq=nawru+structural+unemployment&source=bl&ots=wPF6PrpRvH&sig=kSBzumdGHNWd52vI91Xm7o3vX_8&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=nawru%20structural%20unemployment&f=false

C’est un problème de mesure dont on discutait il y a 20-30 ans et qui reste tout de même actuel car on n’a toujours pas trouvé la bonne mesure du chômage structurel.. Comme alors, on parle toujours de réformes structurelles… et comment mesurer leur effet bénéfique par la baisse du chômage structurel? En réalité, avec les politiciens de nos jours, on cherche (uniquement) à savoir si le chômage tout court a baissé. Mais ce qu’il faudrait mesurer c’est la diminution du chômage structurel. Il y a confusion entre politiques de l’offre et de la demande..



Coordination des politiques budgétaire et monétaire de l’euro: un tabou?
3 avril, 2017,
Classé dans : Eco

On constate que les politiques budgétaires dans l’UE des quatre dernières années ont généralement suivi la politique de la BCE: relaxation. Est-ce normal? Non, car les Etats auraient du faire le contraire, en consolidant selon les règles budgétaire de l’UE alors que la BCE auraient du s’adapter à ces décisions en restant indépendante concernant les moyens de cibler l’inflation. L’inflation étant faible, la BCE a décidé de s’attaquer (sans attendre les politiques des Etats) à la croissance. Elle s’est presque substituée au manque de coordination budgétaire pour la croissance. Donc, rien n’a marché selon l’esprit des traités.

https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/la-bce-et-sa-politique-monetaire-accommodante

Quand le pacte de stabilité a été créé, on pensait que les règles allaient suffire pour coordonner les politiques.

https://www.senat.fr/rap/r07-113/r07-113_mono.html#toc50

On a maintenant, en pratique, un cas ou la règle de la BCE est en contradiction avec la règle budgétaire, de facto, car la politique des taux bas de la BCE stimule les Etats à transgresser la règle budgétaire en profitant des taux bas. Surtout, le déficit diminue sans coût politique grâce à la charge des intérêts en baisse constante (temporaire, bien sûr). Malgré les taux bas, l’investissement privé n’est pas au rdv et certains se demandent si c’est l’effet d’une substitution du privé par le public sur le marché de la dette.

Vu la taille des incitations financières sur le marché, il y a urgence à réfléchir à un type de  coordination budgétaire plus complexe que de simples règles budgétaires…

PS En s’appuyant sur les données OCDE, Mélitz (1997) trouve en effet que les politiques monétaires et budgétaire ont tendance à prendre des directions opposés. Aux EA, cela est du au fait que la politique budgétaire donne le ton et la politique monétaire suit (normal!):

https://www.researchgate.net/publication/225913167_Further_evidence_on_monetary_and_fiscal_policy_coordination

Une approche similaire en Inde:

https://www.rbi.org.in/Scripts/PublicationsView.aspx?id=13841

 

 

 

 

 



la cause des révolutions: Marx ou Schumpeter?
6 août, 2016,
Classé dans : Eco

Marx: la révolution est créée par la lutte des classes, les inégalités.

Bcp d’entrepreneurs actuels  (sans héritage, sans faire partie des classes « dominantes ») se retrouvent riches grâce à une bonne idée en lien avec internet etc. Font-ils partie de la classe dominante ?  Mais en effet, ils créent des bouleversements de la production, de l’industrie. A vrai dire, ce sont eux le vrai moteur des révolutions (technologiques) et qui (en effet) créent (temporairement) des inégalités plus flagrantes. Ce sont des moments insupportables pour la plupart mais qui ont un sens éco certain. Alors, le vrai moteur des révolutions marxistes: le refus du changement?

Marx et son explication des révolutions n’était peut être qu’un cas particulier d’une théorie plus générale, de Schumpeter (une sorte d’Einstein qui remplace Newton).

 



Un autre mythe, l’offre de travail
20 juin, 2016,
Classé dans : Eco

Souvent on lit que la baisse des taxes profite à l’emploi. Mais quand on prend les textes théoriques, ceci n’est pas claire (après plusieurs générations de modèles): il y un effet revenu et un effet de substitution des loisirs – p80:

https://www.amazon.fr/Theory-Taxation-Public-Economics/dp/069114821X/ref=sr_1_38?ie=UTF8&qid=1466456986&sr=8-38&keywords=economics+of+taxation#reader_069114821X

Ceci se complique encore en présence d’un taux d’évasion endogène:

https://www.amazon.fr/Tax-Systems-Joel-Slemrod/dp/0262026724/ref=pd_sim_14_1?ie=UTF8&dpID=41WGccq3fFL&dpSrc=sims&preST=_AC_UL160_SR108%2C160_&psc=1&refRID=P1GW1N189AM3J89KYQB8

 

 



Encore une journée noire à la bourse
12 février, 2016,
Classé dans : Eco

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/12/banques-faut-il-craindre-le-pire_4864324_3234.html

Gagner du temps avec des politiques monétaires laxistes n’inspire plus la confiance des marchés. Mais quoi faire? Puisque la politique budgétaire est contrainte..

Une loi économique marche encore: alors que la bourse plonge, les obligations (des Etats) et l’or deviennent chères (rentabilités négatives).  Car l’argent existe, il faut le placer quelque part. La vraie question est: comment placer tout cet argent créé par les banques centrales?



T. Sargent – UE vs US
21 janvier, 2016,
Classé dans : Eco

http://www.nobelprize.org/mediaplayer/index.php?id=1741

 



R. Solow – un oublié
20 janvier, 2016,
Classé dans : Eco

La stabilisation automatique des budgets a perdu sa puissance après 2000. Est-ce la vraie raison de notre crise éco?

http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/1-83.pdf

On commence à comprendre que le manque de stabilisateurs a fait diverger les coûts de la main d’oeuvre dans l’UE. Les pays qui n’ont pas eu de stabilisateurs (au contraire, ils ont du couper dans les dépenses pendant la crise), ont fait baisser  ou augmenter moins fortement ce coût que les autres:

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=if17#figure1

Ce sont les mêmes pays qui avaient déjà un coût relativement faible avant la crise…

 



Encore des questions sur les vaccins..
13 janvier, 2016,
Classé dans : Eco

Il y a eu une petite nouvelle dans la presse, concernant l’HAS et la politique vaccinale:

«Le collège n’a pas voulu prendre position»

Et puis la démission de son président:

http://www.liberation.fr/france/2015/09/22/pourquoi-le-president-de-la-haute-autorite-de-sante-a-demissionne_1387939

Et puis une autre:

http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-de-l-hepatite-b-17-ans-d-enquete-pour-rien-04-01-2016-5419717.php#xtref=https%3A%2F%2F

La ministre crée une consultation publique. Et les autorités de santé, sont-elles encore utiles à qch?

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Une-concertation-citoyenne-pour-retablir-la-confiance-sur-les-vaccins-2016-01-12-1403571

Les médecins eux-mêmes n’ont « pas de réponse claire»:

http://www.lemonde.fr/medecine/article/2016/01/13/vaccins-les-medecins-en-premiere-ligne-face-a-la-defiance-des-patients_4846568_1650718.html

 

 

 



News d’Italie…
14 décembre, 2015,
Classé dans : Eco

Alors que l’Etat vend des obligations à rendement négatif (certes, à 2 ans) pour la première fois, les banques tremblent.

http://www.lesechos.fr/journal20151214/lec2_finance_et_marches/021554551776-italie-le-sauvetage-de-quatre-banques-vire-au-cauchemar-pour-matteo-renzi-1184222.php

Comment comprendre ce taux négatif dans un contexte de risque accru pour la dette publique italienne?



Le temps des bulles de liquidité
18 novembre, 2015,
Classé dans : Eco

M. Wolf nous fait savoir dans FT que l’accumulation de l’épargne nette par les entreprises est une cause majeure de nos deséquilibres économiques (deficits courants ou budgétaires et taux d’intérêt très bas). Malheureusement, il n’explique pas pourquoi cela arrive. Sa seule explication est la perspective de faibles croissances potentielles des economies, ce qui n’incite pas à investir. Un peu court non?



La fraude fiscale d’un Etat
19 octobre, 2015,
Classé dans : Eco

http://fr.myeurop.info/2012/11/20/qui-sont-vraiment-les-fraudeurs-du-fisc-grec-6429

Comment résoudre une telle situation en Grèce? Est-ce la faute du contribuable ou de l’Etat? Comment attribuer les responsabilités des deux dans un petit pays si l’Etat est  géré par le fraudeur fiscal? Sous quelles conditions un politicien (de haut rang) est-il incité à abandonner son intérêt privé? Dans ces problèmes de corruption, deux solutions sont possibles:

- soit la démocratie est fonctionnelle, alors il faut miser sur la transparence publique de la vie politique (sous l’égide d’organismes indépendants) pour inciter le politicien à agir sans faute (justice/presse libres)

- soit elle ne marche pas, ou cela prend trop de temps, alors il faut s’appuyer sur des réformes imposées de l’étranger (avec mise en oeuvre détaillée, sans négociation avec l’Etat) – comme le FMI

Ce manque de certitudes sur le rôle du politicien dans les fraudes fiscales fait planer un doute sur l’ensemble des réformes fiscales. Par exemple: L’augmentation des taux de TVA en Grèce est-elle économiquement fondée? ou est-elle un avantage accordé aux fraudeurs?

http://www.oecd.org/tax/consumption/46109145.pdf



Tricheries…
29 septembre, 2015,
Classé dans : Eco

Quelle est la différence entre la triche des finances grecques et celle des producteurs auto (notamment VW)? Aucune, ou presque… celle des producteurs va problement coûté plus cher à l’UE en termes de PIB, pollution (non mesurable par le PIB), bourses, taxes etc.



Erreurs démographiques vs PIB
25 septembre, 2015,
Classé dans : Eco

ONU publie des prévisions à long terme de la population mondiale depuis 1951 : http://www.un.org/esa/population/publications/wpp2002/WPP2002_VOL_3.pdf

En 2000, il y avait 6,1 md. Les prévisions moyennes de 1973 pour 2000 : 6,3 md => pas mal comme erreur de prévision!!

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1976_num_31_3_16015

On se pose la question pourquoi ce type de prévisions est plus fiable que nos habituelles prévisions du PIB à court terme. Est-ce la population ou le long terme qui rendent les choses plus faciles?

 

P.S. En juillet 2015, la population mondiale était de 7,4 md.



Une histoire (humaine) des théories économiques récentes
24 septembre, 2015,
Classé dans : Eco

http://bruegel.org/2015/08/the-history-of-the-macroeconomic-divide/

L’UE incarne ce débat éco (sans conclusion encore). On se demande si son instabilité a à voir avec les théories éco instables dont elle puisent les bases. Alors, est-ce illusoire de construire la stabilité (éco) de l’UE uniquement sur un terrain éco? Le côté politique, démocratique et culturel de l’UE, est-il vital pour cet objectif?

http://ses.ens-lyon.fr/quel-avenir-pour-l-union-europeenne–198741.kjsp

http://ses.ens-lyon.fr/la-crise-economique-europeenne-partie-2-148534.kjsp?RH=SES_00

http://ses.ens-lyon.fr/la-crise-economique-europeenne-partie-1-148533.kjsp

 

 



Sur la stagnation encore
24 septembre, 2015,
Classé dans : Eco

http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/ambroseevans_pritchard/11882915/Deflation-supercyle-is-over-as-world-runs-out-of-workers.html

Selon les auteurs, il y a eu un énorme choque d’offre de main d’ouvre (chute de l’URSS + libéralisation de la Chine) qui a eu pour effet de baisser les salaires réels. Ceci a donné une apparence de stagnation du niveau de vie des gens. Mais tout ceci est en train de se terminer. Les taux d’intérêt devront remonter.



Commnent mesurer la masse monétaire?
20 juillet, 2015,
Classé dans : Eco

C’est une habitude en économie de travailler avec des concepts plus ou moins flous. La masse monétaire en fait partie. Car, si l’équation de Fischer est bien connue, il y a peu de personnes qui essaient de la tester encore. Pourquoi? On est bombardé d’indicateurs de la masse monétaire – mais quel est le bon à utiliser dans cette équation? à force de mesurer, on  a perdu le sens de la mesure. Entre M0, M1, M2, M3 (avec ou sans la monnaie en devises..) vous avez le choix!

Alors, il faut rester sceptique à propos de ces mesures. Leur multiplication n’est pas un bon signe de l’état de nos connaissances dans ce domaine..

PS En réalité, cela relève de notre impuissance à définir la monnaie. Les études sur ses métamorphoses au niveau historique n’aident pas assez. Au niveau de la finance moderne, la mondialisation met des doutes sur la quantité de monnaie en circulation d’un pays à un instant t.  Les préférences volatiles du peuple pour une monnaie  (car maintenant il peut la choisir) trasnfère l’étude de la monnaie dans les domaines de la sociologie/psychologie sociale.



Le retour des bonnes vieilles conférences de Vienne
17 juillet, 2015,
Classé dans : Eco

Il semble que la France, l’Italie et le Chypre sont les seuls à avoir soutenu la Grèce pendant le sommet de la zone euro du 12 juillet. Ont-ils raison? Malheuseument, personne n’est plus capable de comprendre quelque chose aux critères d’analyse des solutions pour la situation grècque… et à la liste de 10 pages de « prior actions » proposée par la troika et rejetée par le référendum grec.

Les experts bien payés ne savent pas prédire les conséquences d’un Grexit ou d’une faillite,  ou ils veulent pas? Alors, la vieille politique des vieux politiques européens des conférences de Vienne qui ont déjà morcelé l’Europe plein de fois, entre en scène comme un médecin providentiel qui est capable de donner des leçons aux experts qui ne savent pas. Malheureusement, une mise en scène seulement. La saison des festivals d’été bat son plein en Europe! Comment les renvoyer s’ils se trompent sur les solutions? Car, en tant que grands savants, ils ont déjà imposés des médicaments à la Grèce il y a 5 ans… et voici le résultat! Décidément, l’UE est un grand avantage pour eux: on peut bien se cacher derrière un Eurogroupe ou un euro comité/commission… et par miracle plus personne n’est responsable de rien!



La piste des déséquilibres sectoriels
19 mai, 2015,
Classé dans : Eco

Analyser le PIB sous cet angle n’est pas nouveau et les définitions des « secteurs » et des « déséquilibres » sont nombreuses:

http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.431.833&rep=rep1&type=pdf

Vu comme production, un secteur du PIB peut être l’agriculture. Il y a des analyses sur l’impact du poids de l’agriculture sur les pressions inflationnistes.

Vu comme consommation, un secteur du PIB peut être la balance commerciale, ou l’investissement. Dans ce cadre, on se demande si le déficit de la balance commerciale est associé aux bulles inflationnistes.

http://en.wikipedia.org/wiki/Verdoorn%27s_law

Malheureusement, trop peu d’études en disent des choses cohérentes sur ces aspects. Ceci permettrait de mieux approcher la mesure de l’obsolescence du capital car un sur-investissement (un déséquilibre) devrait être plus vite déprécié en comptabilité nationale.

http://www.bis.org/publ/qtrpdf/r_qt1106e.pdf

Et, par conséquent, une meilleure mesure de la production potentielle (qui dépend du stock de capital) n’est pas pour demain.

 

PS Pour la crise actuelle, la cause est dans ce type de déséquilibre: « Le boum de l’immobilier et du crédit a modifié la composition sectorielle de la production. » « Leur expansion rapide sur une longue période a probablement eu pour effet de ralentir la croissance du reste de l’économie. »

http://www.bis.org/publ/arpdf/ar2011_fr.pdf



Réguler les agences de notation – comment s’y prendre?
29 avril, 2015,
Classé dans : Eco

http://conference.nber.org/confer/2014/SI2014/CRA/Bruno_Cornaggia_Cornaggia.pdf

La question revient encore et encore: est-ce vraiment utile de contrôler les agences de notation plutôt que de changer leur modèle économique?



Retour à Bâle 1?
29 avril, 2015,
Classé dans : Eco

http://conference.nber.org/confer/2014/SI2014/CRA/Behn_Haselmann_Vig.pdf

 



La banque systémique
6 avril, 2015,
Classé dans : Eco

C’est assez courant d’utiliser ce concept dans les débats des financiers. L’objectif derrière le concept est d’aider les autorités publiques à identifier les banques qui doient être sauvées à tout prix sans trop se poser de questions. Mais les définitions sont aussi diverses que les interprétations du sourire de la Joconde. Tout ceci amène à se demander: a-t-on besoin de ce concept? La réalité nous démontre qu’une banque classée systémique telle que Dexia a dû se restructurer et finalement disparaître sans détruire l’humanité.. Etre une banque systémique c’est l’une de ses non-hypothèses dont K. Popper accuse le caractère irréfutable: on ne peut pas en démonter la validité de manière scientifique. Car, ce n’est pas seulement l’envergure du total bilan qui compte… Multiples critères discutables et non testés rendent l’identification très politique.

En vérité, on connait qu’une banque est systémique une fois connues les conséquences que sa faillite a généré (ex post), mais c’est un peu tard… Et, c’est assez difficile de savoir le degré de dégâts que la société est prête à supporter.. Concrètement, si la banque échoue de sorte que le monde explose – oui, on a la preuve que c’était une banque systémique, mais pas trop utile - car le monde a explosé. Si elle échoue et le monde n’explose pas (le monde n’explose pas si vite -  comme le montre le cas Dexia) - est-ce parce que la banque n’était pas systémique ou parce que l’Etat est intervenu à temps?

En fin de compte, nous restons avec une définition des banques systémiques à la merci des lobbys. Par exemple de ceux qui veulent montrer pourquoi l’argent public doit sauver les banques sans trop se poser des questions.



Rémunération des « opérateurs de marché »
6 avril, 2015,
Classé dans : Eco

Il semble y avoir un problème avec la rémunération des traders. L’UE a limité leurs bonus. Mais pour quel objectif?

http://finance.blog.lemonde.fr/2013/02/28/bonus-bancaires-les-perils-de-la-reglementation-europeenne/



Une hypothèse macro
24 janvier, 2015,
Classé dans : Eco

Ce temps-ci on est très confus par rapport au potentiel de nos économies. Peut-on vraiment produire davantage? Il y a une hypothèse qui sème le doute. Mais l’article se perd dans les détails des chiffres sans expliquer les causes.

http://www.voxeu.org/article/larry-summers-secular-stagnation



Bizarreries fiscales
21 novembre, 2014,
Classé dans : Eco

1. UK

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/21/malgre-la-reprise-le-deficit-public-britannique-s-accroit_4527555_3234.html

Le comportement fiscal de l’économie en Grande Bretagne surprend – malheureusement…

 

2. France

http://www.lesechos.fr/journal20141212/lec1_france/0204009227678-la-faible-progression-des-prix-compromet-le-redressement-des-finances-publiques-1074271.php

L’inflation n’a pas que de mauvais côtés..



La trappe et l’inflation
3 août, 2014,
Classé dans : Eco

 

http://www.stlouisfed.org/publications/re/articles/?id=2505

Cet article nous dit une chose intéressante pour la politique monétaire (il faut toujours passer par une relance de l’inflation pour relancer l’économie):

- récession sans trappe => il faut baisser les taux => inflation

- récession AVEC trappe => il faut augmenter les taux => inflation



Définition de la trappe à liquidité
22 juillet, 2014,
Classé dans : Eco

Dans la définition classique la trappe=une augmentation de la masse monétaire qui ne peut plus baisser le taux d’intérêt nominal car il se trouve à zéro. Ce qui complique la relance par le monétaire. En effet la trappe à liquidité pose un problème car en général, la trappe ne vient jamais sans une récession.

La trappe grippe la transmission de la création monétaire par la banque centrale vers le crédit bancaire (nécessaire pour sortir de la récession). Je trouve qu’il y a bien d’autres trappes plus complexes que le taux zéro qui restent à étudier. Quand les investisseurs/banques accumulent les liquidités pour des raisons de psychose, quand les taux de politique monétaire n’ont plus d’impact sur les taux de crédit bancaire, c’est une forme généralisée de trappe à liquidité (la vitesse de circulation de la monnaie diminue). A étudier.

Une piste: il faut regarder surtout l’évolution du multiplicateur monétaire. Quand la base monétaire augmente, la diminution du multiplicateur veut dire que les banques l’annulent en augmentant les dépôts par rapport aux crédits (directement – crise de liquidité interbancaire, ou indirectement – hausse subite de l’épargne).



La répression financière
18 juillet, 2014,
Classé dans : Eco

http://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/2011/06/reinhart.htm

L’idée n’est pas nouvelle. Le gouvernement peut se désendetter avec des outils monétaires.



Importer ou produire?
15 juillet, 2014,
Classé dans : Eco

Les bases de l’économie disent qu’il faut penser la réponse à cette question en termes de concurrence non faussée, donc de prix/coût minimal (voir Ricardo). Dans ce cas, il ne faut pas considérer les subventions à l’exportation ou les tarifs, ni les taux de change manipulés. Et dans ce cas, laisser faire donnera les réponses à produire/importer (avec une exception, voir Krugmann: les industries à fort coût fixe/RD qui mobilisent bcp de capitaux au départ et deviennent rentables par un monopole).

Mais le monde est plus complexe que ça. Par exemple, une industrie chimique protégée qui connaît une libéralisation du prix du gaz (ou moins de subvention publique) peut faire faillite pour deux raisons:

- une bonne raison d’efficience: son nouveau prix de vente est supérieur au prix mondial qui est juste

- une mauvaise raison d’efficience: le prix mondial est subventionné (on sait bien que le prix du gaz n’est pas le même dans tous les pays pour des raisons politiques). Alors la faillite est faussée. Il faut voir si la continuité de la subvention a un coût supérieur à la faillite.

Même pour une bonne raison, la faillite suppose des coûts publics de reconversion pour les salariés et une augmentation des importations (perte de production nationale), donc pression sur les réserves de change (et donc sur les autres importations), sauf si les salariés reconvertis dans une nouvelle industrie exportatrice contribuent à l’augmentation des exportations (=> effet net nul sur la balance des paiements). Et on ne parle pas du taux de change qui peut varier en dehors de la balance du commerce, du fait de la balance financière..

Donc le prix de vente n’est pas un argument solide dans tous les cas.

 

 



Comment désendetter les banques?
17 juin, 2014,
Classé dans : Eco

D’un point de vue pratique il y a de multiples possibilités:

- limiter la production de crédits

- nettoyer les bilans bancaires des crédits douteux

- vendre les crédits (ABS…)

- injections de capital

(- comptabilité créative)

Donc limiter la production de crédits n’est pas une solution unique, et il y a des chances que d’autres solutions soient encore plus bénéfiques à l’économie.


12345...7

Télémarketing, Télésecrétai... |
ecoland64 |
CFE-CGC.Ricoh France |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ACN - représentant indépendant
| Un travail pour moi (s'il v...
| BTS MUC CLEMENCEAU